Chargement de la carte…

Date(s) : 08/09/2017 - 09/09/2017

Heure(s) : 9:00 - 17:30

Emplacement : Local UPLF

Catégories


Formateur : Gilles LELOUP, orthophoniste, docteur en Sciences du Langage, DU de neuropsychologie théorique et développementale, collaborateur au laboratoire de psychologie cognitive UMR 7290. Rattaché à un service hospitalier. Chargé de cours à une école d’orthophonie. A publié des travaux se rapportant à la méthodologie du traitement des pathologies développementales.

Dans une acception assez large, le concept de « système exécutif » renvoie à des processus d’inhibition, de planification, de flexibilité, de contrôle. Ces processus permettent de faciliter l’adaptation du sujet à des situations nouvelles, d’autant que les conduites cognitives « de routines » ne peuvent suffire (Damasio 1995). Ainsi, les fonctions exécutives semblent donc commencer là où la tâche requiert la mise en place de processus contrôlés (Van der Linden et al, 2000).

Le concept de « fonctions exécutives » fut proposé initialement par Luria (1967,1978). Ce concept a l’intérêt de se détacher de l’appellation purement anatomique de « syndrome frontal » puisqu’il apparaît que certaines fonctions exécutives sont sous la dépendance de régions cérébrales postérieures (Carpenter, 2000). Depuis plusieurs années, c’est donc le terme de « syndrome dysexécutif » qui est maintenant adopté pour décrire les patients souffrant d’un trouble des fonctions exécutives.

En remédiation orthophonique, ce syndrome dysexécutif est souvent décrit chez les patients adultes souffrant d’un traumatisme crânien, d’une aphasie ou d’un syndrome neurodégénératif. Chez l’enfant, ce syndrome est plus souvent décrit dans le cadre d’une souffrance néonatale ou de la prématurité, sans qu’il soit effectivement objectivé par une lésion cérébrale.

Le concept de fonctions exécutives reste encore à préciser. Il s’inscrit dans une triade « attention-mémoire de travail-fonctions exécutives » qui peuvent paraître dissociables sur des tâches bien spécifiées, mais qui sont en fait inter-reliées. Chez l’enfant, cette dissociation entre mémoire, attention et fonction exécutive est complexe puisque le bon développement des compétences d’apprentissage concourt au renforcement des fonctions exécutives. De plus, il est acquis que les fonctions exécutives ont une double polarité, intellectuelle et socio-affective, et jouent un rôle quant aux conduites de compensations (métacognition) et d’estime de soi.

Cette formation propose d’aborder le rôle des fonctions exécutives dans le cadre du développement du langage oral et écrit ainsi que son rôle dans le cas des troubles développementaux tels que la dysphasie, la dyslexie, la dyspraxie et le TDAH. L’objectif est à la fois d’aider le praticien à évaluer les fonctions exécutives et à ajuster son intervention dans le cadre d’une remédiation des troubles du langage.

Méthodologie : le formateur analysera les informations concernant les pratiques diagnostiques et thérapeutiques des stagiaires à partir de grilles d’auto-évaluation. Il définira ensuite en fonction des informations recueillies, et après un échange avec chaque stagiaire, les objectifs individuels d’amélioration de leur pratique afin de fournir un enseignement répondant à ces objectifs en accord avec les connaissances théoriques et cliniques actuelles.

Programme

Vendredi 08/09/2017

9h00 à 10h30 : analyse des grilles des stagiaires et tour de table –introduction aux fonctions exécutives

(Pause 10h30-11h00)

11h00 à 12h30 : de l’attention aux fonctions exécutives

Repas 12h30-14h00

14h00 à 17h30 : l’évaluation des fonctions exécutives et principes rééducatifs  (Pause 15h30-16h00)

Samedi 09/09/2017

9h00 à 12h30 : les fonctions exécutives et les troubles développementaux – études de cas (évaluation et rééducation)      (Pause 10h30-11h)

Repas 12h30-14h00

14h00 à 17h30 : ateliers de remédiation (principe de l’Evidence Based Practice, études de cas) – synthèse des 2 jours de formation

Dates : vendredi 08/09/17 et samedi 09/09/17 de 9 à 17h30

Lieu : local UPLF, 131-133 avenue Sergent Vrithoff, 5000 Salzinnes

Participants : maximum 30 personnes

Frais de participation: membres UPLF : 160 euros – non membres : 260 euros

Versement à effectuer sur le compte IBAN : BE 88 0688 9572 8541 – BIC : GKCCBEBB de l’UPLF Namur dès confirmation de votre inscription avec comme mention : nom – prénom + G. Leloup 2017. Votre paiement officialise votre inscription.

Le lunch n’est pas compris dans le coût de la formation. Sandwicherie et snacks à proximité.

Renseignements et inscription : Annick Piette par mail : apiettelogo@msn.com